Poirier

Le poirier est un arbre fruitier de la famille des rosacées. Tout comme les pommes, le nombre de cultivar est conséquent, mais bien moindre !

Concernant le poirier, la recherche variétale a créé peu de nouveaux cultivars, ce qui fait qu’il n’y a presque que des variétés anciennes…

La poire est un fruit plus noble que la pomme, elle était auparavant réservée aux seigneurs. Les paysans allaient alors, de façon dissimulée, en greffer dans les haies d’aubépine…

Elle est de culture légèrement plus difficile que la pomme, quoi que cela dépende au cas par cas. La floraison est plus précoce, le fruit est plus fragile et on doit souvent la greffer sur cognassier pour rendre l’arbre plus petit. Un sujet greffé sur franc pouvant atteindre 20 mètres ! (Cueillette dangereuse.)

Cependant, le cognassier est légèrement exigeant vis à vis du sol, et c’était jusqu’à aujourd’hui le seul moyen de nanifier le poirier. Aujourd’hui il existe des sélections de porte greffe pour poirier, qui sont des poiriers, et qui nanifient ! Ils sont encore peu répandus et je n’ai pas encore greffé dessus. Leur avantage est d’avoir une compatibilité avec toutes les variétés (William n’est pas compatible sur cognassier) et les caractéristiques d’adaptation au sol d’un poirier.

Pour réussir la culture, il faudra donc dans l’idéal un porte greffe adapté au sol. Mais aussi choisir une variété adaptée à chez soi, et s’assurer d’en avoir plusieurs car le poirier est autostérile. Il faudra également prendre soin de l’arbre, retirer les chancres, les branches qui se croisent et favoriser l’aération, éviter également les insectes qui sont nombreux sur poirier : psylle, puceron, cécidomye, zeuzère…

Mais rassurez-vous, c’est assez simple, et une biodiversité élevée suffit souvent pour les ravageurs, il faudra simplement les éliminer les premières années de croissance !

Voici ci-dessous la liste des variétés que je vous propose :

Afficher tous les 4 résultats

Afficher tous les 4 résultats