Comment tailler mon arbre fruitier ?

Je vais sur cette page vous apprendre les bases de la taille concernant vos fruitiers. La taille présentée est facile, pas besoin de compter des bourgeons… De plus, elle est utilisée par nombre de professionnels car elle est très rapide à exécuter.

Bien choisir son arbre, c’est 90% du travail de fait.

Je parle ici du choix en pépinière. Il faut prendre un arbre n’ayant qu’une seule tête, un seul axe.

L’arbre est programmé génétiquement pour pousser d’une certaine manière, régulière et ordonnée.

Chaque axe aura ce développement programmé, donc, si vous prenez un arbre à plusieurs têtes, un gobelet par exemple, cela reviendra à avoir 3 à 6 arbres collés les uns aux autres ! (Alors qu’on parle de distances de plantations de plusieurs mètres…)

Donc sur un arbre de 3 à 6 têtes, on devra passer son temps à tailler les branches pour éviter qu’elles ne se croisent, les gourmands deviendront incontrôlables et l’arbre déséquilibré !

Voici deux exemples d’arbres :

Forme à privilégier. Branches bien insérées de façon ouverte. Pour les arbres dépourvus, il n’y a rien à faire les branches apparaîtront naturellement.
Forme à éviter : Cassante, difficile à entretenir. Elle revient à avoir 5 arbres collés…

Mais alors, pourquoi trouve-t-on des arbres en gobelet ou avec plusieurs têtes ?

Parce que cela se vend mieux ! Cela donne l’illusion d’un arbre qui a déjà une forme d’arbre, c’est à dire plein de branches.

Un autre problème lié à ces arbres c’est que toutes les « branches têtes » partent presque du même point d’insertion et avec un angle fermé. Voici le cas typique de ce qui arrive sur ce genre d’arbre, dont la résistance mécanique est faible :

Les branches insérées trop verticalement ont une mauvaise résistance mécanique. (Écorces incluses.)

Il ne faut pas se précipiter et vouloir acheter un arbre déjà ramifié, l’arbre acheté doit seulement établir sa structure chez vous.

Une fois la forme idéale obtenue, la taille va être très facile et légère. On ne taillera normalement jamais sur une branche, la taille consistera en un élagage, une sélection des branches fruitières. Ne jamais tailler sur la branche offre divers avantages, par exemple l’absence de gourmands.

Le fait que cette taille soit légère permet également d’avoir la mise à fruit la plus rapide possible. Un arbre ne nécessite pas d’être taillé pour faire des fruits, au contraire la taille l’éloigne de sa taille adulte et le remet dans un état de juvénilité, c’est à dire un état de croissance du bois… C’est une idée reçue. Il en est de même pour la taille en vert, elle n’a d’utilité que pour les palmettes, afin de les affaiblir et les contenir dans leur petit espace. N’oubliez pas que ce sont les feuilles qui font l’énergie nécessaire à la maturation des fruits, elles ne « mangent » pas la sève au détriment des fruits comme on l’entend parfois.

La taille consiste à obtenir un équilibre entre la vigueur et la fructification. Une taille excessive inhibe la fructification, une absence totale de taille finit par produire un arbre encombré, mal aéré et avec du bois mort, ce qui ne favorise pas la fructification.

Nous allons maintenant voir concrètement comment choisir les branches à élaguer.

Elles seront supprimées en coupant correctement, sans laisser de moignon.

Les branches à supprimer sont :

  • Les branches avec un angle d’insertion trop fermé. Celles ci risquent de concurrencer la tête de l’arbre et d’y mettre le désordre.

Il est possible de couper ces branches en laissant un petit sifflet, au dessous duquel apparaîtra une nouvelle branche, mieux insérée et plus jeune.

  • Les branches trop serrées ou se superposant trop.
  • Les branches de trop gros diamètre, elles risquent d’émettre des réitérations. (Branches au diamètre supérieur à 1/3 de celui du tronc.)
  • Les branches mortes ou malades. Dans le cas d’un chancre, vous pouvez le couper pour le retirer et conserver la branche pour une année si elle est porteuse de boutons floraux.

Voici un exemple de ce que peut être le résultat final :

Structure bien organisée naturellement par l’arbre.

Autres choses à savoir.

  • Il est possible de tailler la tête une fois que l’arbre mettra à fruit sur celle-ci. Cela permet d’avoir un durcissement de l’axe central, afin qu’il soit toujours droit. Pour bien faire cette action : ne tailler que la moitié de la pousse de l’année de l’axe central. Plusieurs branches sortiront, l’année suivante toutes les couper sauf une, la plus belle et dans la continuité de l’axe. Celle conservée sera retaillée de moitié également, et ainsi de suite… L’arbre montera doucement, mais sûrement.
  • Cette taille est applicable à toutes les hauteurs de tiges, on peut donc le faire sur du basse-tige sur M9 comme sur du haute-tige.
  • Dans le cas où vous souhaiteriez une haie fruitière ou une forme palissée contre un mur, vous pouvez faire cette taille mais supprimer les branches allant dans votre chemin.

J’espère avoir été compréhensible pour ce tutoriel, cette taille reste la plus simple que je connaisse ! Elle est accessible et ne risque pas de perturber l’arbre au point qu’il émette des gourmands ou arrête de fructifier… Elle peut s’appliquer à toute espèce fruitière qui n’a pas de mal à repercer le bois, on l’évitera donc sur les pêchers.

Je précise bien entendu que les arbres que je commercialise et produis sont conformes pour pouvoir appliquer cette taille. Si vous souhaitez trouver la liste des variétés, cliquez sur la boutique.