Publié par Laisser un commentaire

#3 Production de semence : les laitues !

Salut !

Aujourd’hui je vais t’apprendre à faire tes propres semences de laitue, ainsi que ce qu’il faut savoir pour bien gérer la génétique… 

 

En te parlant des laitues je te parlerai des batavias, des laitues à couper, des laitues asperges, romaines, pommées etc.

Ce sont des plantes qui se comportent en annuelle si elles sont plantées au printemps, mais en bisannuelle si elles sont plantées en automne.

 

Il faut que tu saches qu’au plus ta laitue est grosse, au plus elle produira de semences.

Nous allons commencer par l’aspect génétique.

 

On distingue quatre types de laitues cultivées, ils ne peuvent s’hybrider entre eux, par contre un plant cultivé pourrait s’hybrider avec un plant sauvage.

 

Voici les quatre cultivés :

  •  Lactuca Sativa var capitata.

Ce sont les laitues pommées, batavia comprise.

  •  Lactuca Sativa var longifolia.

C’est la laitue romaine.

  •  Lactuca Sativa var crispa.

La laitue à couper.

  •  Lactuca Sativa var angustana.

Laitue asperge.

 

Il n’y a pas d’hybridation entre type, par contre on peut en avoir à l’intérieur d’un même type, à savoir entre variétés !(Du même type)

 

Cependant les hybridations ne sont pas trop à craindre.

En effet, la laitue est autoféconde.

Elle peut donc se polliniser elle même, donc sur les milliers de graines produites, la majorité contiendra la génétique du pied mère uniquement !

 

Et si l’on ne cultive qu’une variété de chaque type, il n’y a normalement pas de risque d’hybridation…

J’ai trouvé une source indiquant environ 8% d’hybridation entre variétés, kokopelli.

 

Pour éviter ces 8%, on espace les variétés différentes de plusieurs mètres.

Quand bien même on se rendrait compte qu’on a une variété hybride, il suffira de ne pas la perpétuer.

 

Tu vois donc que la production de semences de laitue est très simple !

Perpétuer la variété est aisé, il y a néanmoins quelques trucs à savoir en plus…

 

Il ne faut pas sélectionner n’importe quel plant !

Si tu sélectionnes les graines de la première salade montée en graine, tu as plus de chance d’avoir des salades rapides à monter l’année d’après…

 

L’idéal est de sélectionner la laitue qui te plait le plus.

Par exemple sa rapidité de pousse jeune, histoire d’éviter les limaces, ou encore la qualité de sa pomme.

Tu peux aussi choisir la plus grosse, comme tu veux !

Ce que je fais c’est que j’observe la plus belle, et je me prive de la manger, histoire de d’avoir des plants qui lui ressemblent l’an prochain.

 

Il te reste une chose à savoir, la récolte des semences.

Toutes n’arriveront pas à maturité en même temps.

 

Tu dois donc faire un choix.

Soit tu coupes le pied pour récupérer quand les semences du haut, de la tige principale, sont faites (on voit les plumeaux), soit tu viens ramasser au fur et à mesure, en secouant le pied pour récupérer les semences.

 

Il est possible qu’il soit nécessaire de tuteurer le plant, car certains deviennent grand, mais restent fragiles à leur base…

 

 

 

Je pense que tu en sais assez pour faire tes graines, en masse !

Si tu le souhaites je t’invite à rejoindre le club privé.

Je t’enverrai chaque matin un mail pour t’aider à produire ta propre nourriture saine, locale et de saison.

 

C’est ici : s’inscrire.

 

Bien sûr, ne viens pas si tu n’es pas intéressé par le jardinage !

 

A tout de suite !

Thomas, le coach vert des jardiniers bleus.

 

 

Laisser un commentaire