Publié par Laisser un commentaire

Comment faire du café de pissenlit ?

Salut !

Aujourd’hui je te présente une chose que j’ai fait ce weekend, et qui m’a plutôt plu !

 

Cette transformation du pissenlit, en faire un « café » permet d’en tirer profit tout le temps.

Les feuilles ne sont bonnes que jeunes et avant floraison, et les fleurs ne sont pas toujours là…

 

Alors que les racines, avec lesquelles on va faire le produit, sont toujours présentes !

 

Bien sûr il n’y a pas grand chose sur les jeunes pissenlits, mais sur de vieux et gros pissenlits il y en a beaucoup.

 

La première étape est la récolte.

Il faut tout d’abord savoir reconnaitre le pissenlit, puis extraire la racine.

Il pousse bien sur les sols tassés, donc pour le ramasser je fais un coup de grelinette, puis à la pelle je viens le retirer délicatement en prenant le plus bas possible, car la racine cassera.

 

Je tiens dès lors le collet du pissenlit et je tire délicatement.

 

Une fois que tout est fait je nettoie grossièrement les racines, j’ai laissé le vert sur le lieu de prélèvement.

Je nettoie d’abord dans un sceau que je vide dehors, pour ne pas perdre de terre, et je fais un nettoyage plus méticuleux à la brosse dans un évier.

 

Une fois qu’il n’y a plus de terre, on peut commencer la transformation.

Il va s’agir de tout d’abord détailler les racines en petits morceaux de 0.4 à 1 cm max.

Une fois que c’est fait on étale tout sur une plaque et on met au four, à 200°.

 

On doit surveiller la cuisson, une fois que cela brunit c’est finit.

Il parait qu’on peut aussi le faire au déshydrateur, on gardera les nutriments mais c’est plus long… Et on n’aura pas, je le pense, les arômes développés par la torréfaction !

 

Une fois arrivé à cette étape, au bout de 30 minutes pour ma part, il faut réduire en poudre ou en petits morceaux le résultat sec.

 

Pour ça on peut utiliser un moulin à café, je n’en ai pas, j’ai donc pris un mixeur.

J’ai tout mis dedans et mixé.

 

On peut aller jusqu’à l’obtention de poudre, ou s’arrêter avant.

 

Là on arrive sur le produit finis, plus qu’à stocker de la même façon que du café !

 

Il ne reste plus qu’à passer le tout en cafetière, une cuillère à café par tasse sera suffisant.

Pour ma part je retrouve des arômes du café, surement liés à la torréfaction, mais aussi un goût de caramel.

 

Je tenais à t’en parler pour te faire voir le pissenlit d’un autre œil !

C’est aussi une bonne piste à explorer pour substituer le café qui n’est pas très local…

De plus je pense que c’est bon pour la santé si l’on ne fait pas tout cramer.

Mais pas sûr ! Alors à vérifier : ne me crois pas.

 

Je te dis à demain,

 

Thomas, le coach vert des jardiniers bleus.

Laisser un commentaire