Publié par Laisser un commentaire

Comment utiliser les fumiers ? (Et lesquels ?)

Bonjour !

Aujourd’hui je vais faire un article court mais concret et pratique.

Je vais t’expliquer comment utiliser les différents fumiers, quand, etc.

Cela pourrait te servir car les informations à propos des fumiers sont plutôt souvent floues…

 

Cette matière organique peut servir à fertiliser un sol et à l’amender, je décrirai.

 

 

Le fumier non composté.

C’est un fumier riche en ammoniaque, donc en azote.

Il est donc agressif pour les plantes…

L’azote pourrait brûler les cultures en place si l’on utilisait du fumier non composté !

 

L’avenir de ce dernier est soit :

  • D’être épandu à l’automne, sur une parcelle sans culture.

Je n’aime pas trop cette option, fertiliser une parcelle nue implique forcément de perdre l’azote par lixiviation !

  • D’être composté.

 

Le compostage dure de quelques mois à un an, voir plus tu peux le laisser si tu n’en as pas besoin !

Pour qu’il soit efficace, il convient de le faire sur la terre.

 

J’ajoute que lors du compostage il y a une hausse des températures.

Ce qui a plusieurs conséquences.

La première est la destruction des potentiels pathogènes, mais aussi la destruction des graines d’adventices !

 

C’est une étape indispensable si l’on souhaite réaliser du fumier d’humain ! (Elimination des pathogènes.)

Je ne vais pas m’étaler sur celui-ci car je ne l’ai jamais pratiqué, je ne vais donc pas conseiller…

 

Reste maintenant à voir :

 

Le fumier composté. 

 

Celui-ci est bien plus simple à utiliser !

Il est plus fin, grumeleux.

On peut l’incorporer dans le sol avec une griffe, mais on peut tout aussi bien le laisser en surface : ainsi il joue un rôle de paillage, bloque les adventices, fertilise car les nutriments descendent dans le sol…

 

 

Pour celui-ci on peut le faire toute l’année.

 

Je vais maintenant de détailler les différents fumiers.

  • Le cheval : Idéal pour les sols argileux car il les allège, à condition de l’incorporer en automne.
  • Le mouton : Riche en potasse, plus que d’autres fumiers bien que ceux-ci en contiennent aussi.
  • La poule, ou autre volaille : Riche en azote, pareil les autres fumiers en contiennent !
  • La vache : Riche en matière organique, idéal pour les sols sableux car les alourdit.

 

Reste le fumier d’humain, que je ne détaille pas…

Attention avec le fumier de volaille qui est très riche en azote, pas d’excès !

 

Je pense en avoir déjà dis pas mal, si tu as des questions n’hésite pas !

 

Si tu le souhaites tu peux aussi t’inscrire au club privé.

Je te laisse cliquer pour voir la description : club privé.

 

A tout de suite !

Thomas, le coach vert des jardiniers bleus.

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire