Publié par Laisser un commentaire

Comment valoriser les tontes de pelouse ? Surtout la première…

Salut !

Aujourd’hui on va parler d’une ressource bien souvent abondante au jardin…

La tonte d’herbe.

 

Bien que le plus sain soit de ne pas tondre, ou au pire de mulcher, on fait souvent le choix de ramasser la pelouse !

Littéralement on prend des nutriments qu’on concentre dans un coin du jardin, ou en déchetterie…

 

 

Bien souvent on ne sait pas quoi en faire, et cela se décompose très mal…

Si tu fais un tas de tonte, met ta main dedans le lendemain et tu verras que c’est bouillant ! C’est la conséquence de l’activité biologique…

 

 

Tu peux néanmoins grandement valoriser ce « déchet », qui n’en sera plus un.

Je vais t’expliquer comment le faire au mieux et les erreurs à éviter !

 

L’utilisation est le paillage, ou la couche chaude mais je n’en ai pas besoin alors je n’en fais pas, et ne t’en parlerai pas !

 

Pailler avec l’herbe est très rapide, c’est une source souvent abondante qui vient tôt dans la saison, quand le sol est nu après l’hiver, quand l’ancien paillis s’est fait digérer…

 

 

C’est une matière organique qui va se décomposer rapidement, et qui apportera surtout de l’azote, le plus intéressant reste le couvert qu’elle fournira au sol.

 

Comme elle est riche en azote et qu’elle se décompose rapidement, elle est plutôt molle et aura tendance à se tasser !

Si elle se tasse elle va fermenter, étouffer, et bouleverser la flore bactérienne de ton sol…

 

Tu le comprends donc,  il va falloir faire attention à ne pas en mettre trop…

Il faut IMPÉRATIVEMENT que le sol ne soit pas sous une couche compacte d’herbe…

 

Pour ça tu ne vas en mettre qu’une fine couche, idéalement quand il fera beau, pour qu’elle sèche. (2-3cm)

Une fois que cela sèche, tu peux remettre une fine couche et ainsi de suite, l’objectif est de faire du foin.

 

N’hésite pas non plus à remuer ce paillis pour l’aérer et favoriser son séchage.

En plus s’il sèche il sera bien plus durable, ce qui nous intéresse…

 

C’était la première technique pour éviter la pire erreur liée au paillis avec l’herbe tondue.

Ensuite, les deux autres techniques sont avant la tonte !

 

Je t’ai dit plus  haut qu’il fallait se rapprocher du foin.

Pour en faire, il faut une herbe la plus haute possible et la plus sèche que l’on puisse obtenir.

 

La grande taille implique que la plante soit plus riche en carbone, donc moins susceptible de se tasser, ne serait-ce que par la forme du brin d’herbe.

Et le taux d’humidité définit l’aération, donc l’efficacité du séchage !

 

On peut en tirer une règle :

Au plus une tonte d’herbe est faite avec de grands brins et des brins secs, au plus on pourra pailler de façon épaisse…

Il faut aussi avoir de la chance avec la météo et éviter la pluie, ce qui est facile en France ces derniers temps…

 

En faisant tout ça tu t’assures de valoriser les tontes…

Voici une idée de ce que tu peux faire :

20190331_134048.jpg

 

Ici on voit mon paillis, issu de ma première tonte.

Ce sera la  plus grande de l’année, et elle était plutôt sèche alors je vais essayer de l’utiliser au maximum !

 

D’ailleurs derrière tu peux voir le tas d’herbe.

Globalement je l’ai mélangé à un tas de branches qui sert d’abris à la faune, en dessous de l’herbe c’est très aéré dans le tas, je fais ça pour éviter d’avoir plein de tas qui chauffent…

A droite tu peux voir un tas d’herbe uniquement, c’est celui que j’étale partout chez moi et je le remue souvent pour éviter qu’il ne chauffe, c’est important sinon il devient inutilisable…

 

Si tu souhaites en apprendre plus sur le jardinage tu peux t’inscrire au club privé.

Je t’enverrai chaque jour un mail pour t’aider à produire ta propre nourriture saine, locale.

 

C’est ici : s’inscrire.

 

Bien sûr ne viens pas si tu n’es pas intéressé par le jardinage !

 

A tout de suite !

Thomas, le coach vert des jardiniers bleus.

Laisser un commentaire