Publié par Laisser un commentaire

Comment faire un faux semis ? Et pourquoi ?

Salut !

Tu as peut-être déjà entendu dire que le paillage permet de limiter drastiquement la venue des adventices.

C’est vrai…

 

Sauf que quand on sème directement en terre, on écarte le paillage, et il peut y avoir des intrus qui se glissent, qui profitent de cette opportunité.

Ils peuvent être confondus avec notre semis.

 

Car à ce stade, il n’y a que les cotylédons…

(Les deux premières feuilles)

Alors on n’a pas vraiment le choix que de laisser toutes les jeunes pousses, sous peine d’éliminer celles que l’on veut cultiver !

 

 

Les intrus vont grandir, et alors qu’ils étaient faciles à éliminer au départ, ils sont maintenant plus coriace…

S’arrachent mal et peuvent repousser s’ils sont coupés !

 

Mais ça tombe bien… Il y a une technique qui permet d’éviter leur venue quand on sèmera !

C’est le faux semis.

 

 

Le nom ne veut pas dire grand chose…

Je vais donc te décrire la technique.

Au lieu de préparer le sol pour semer le jour même où l’on sème on va le préparer 15 jours avant.

 

Il faut savoir que travailler le sol remonte des graines d’adventices (nos intrus).

Une fois ces dernières à l’air elles germeront.

Donc 15 jours après on devrait voir des cotylédons sortis de terre…

 

Il faudra alors passer un coup de houe, sorte de binette, afin de leur couper les racines !

 

Ce qui entrainera leur disparition, sans effort.

Ainsi les adventices qui auraient germé avec notre semis seraient déjà éliminées !

Plus besoin de faire un tri impossible…

Une fois la houe passée, tu pourras semer en ayant bien moins à te soucier des adventices…

 

 

Voilà, maintenant j’aimerai t’apporter deux précisions.

 

Je ne pense pas qu’il faille éliminer toute adventice. 

 

Chez moi elles ont leur zone personnelle.

Ou bien si un endroit n’est pas occupé, j’y laisse les adventices.

Mais dans un semis elles peuvent s’avérer assez gênante, je fais donc le choix de les éliminer.

 

Tout ça avec un minimum d’effort et sans aucun produit !

Elles apportent aussi du positif au potager, il faut trouver un équilibre qui laisse vivre la nature et qui maximise les résultats pour toi. (Sans mettre en détriment la vie de la faune)

 

 

Et la deuxième chose, je ne suis pas pour le travail du sol.

Cependant pour semer, je t’avais exposé une technique pour ne pas travailler le sol.

Elle fonctionne correctement, mais je n’utilise pas que celle-ci !

(J’aime faire de tout pour constater les différences)

 

Si je ne fais pas la technique de non travail, je travaille le sol sur 3 cm.

Juste de quoi faire un lit de terre fine pour que le semis soit bien enrobé et homogène.

Je ne bouleverse donc pas les différentes couches et je prend soin de ne pas écharper la vie du sol.

 

Les plus sensibles aux outils sont les vers de terre, il faut donc éviter d’utiliser des outils tranchant.

 

J’utilise donc une petite griffe à manche court, pour un travail plus minutieux.

 

Je casse des bloc s’il y en a, ou bien je les écarte histoire d’avoir un lit fin.

Ensuite il faut attendre les 15 jours comme dit ci-dessus.

 

Un coup de houe (5sec/m max) et je peux semer !

 

 

Si tu veux d’autres astuces je t’invite à t’inscrire au club privé.

Je t’enverrai chaque matin un mail pour t’aider à produire ta propre nourriture saine.

Tu auras aussi un accès dans un groupe privé sur Facebook.

 

Bien sûr ne viens pas si tu n’es pas intéressé par le jardinage car cela ne te servirait à rien !

 

C’est ici : s’inscrire.

 

A tout de suite !

Thomas, le coach vert des jardiniers bleus.

 

 

 

Laisser un commentaire