Publié par Laisser un commentaire

Comment semer en terre quand on ne travaille pas son sol ? Spécial petites graines.

Voilà un argument souvent prôné par les défenseurs du travail du sol : 

« Passer le motoculteur permet de faire un beau lit de terre fine pour y réaliser un semis propre. »

 

Et…

Ils n’ont pas tord du tout !

 

Sauf que le travail du sol apporte son lot de désavantage, sans parler du travail que ça représente !

Surtout quand on peut avoir un bon lit pour les semences sans travailler le sol…

 

C’est ce que je vais t’apprendre aujourd’hui !

 

Avant ça je vais te dire quelle est l’utilité d’avoir ce fameux bon « lit » de terre.

 

Pour germer, une graine doit être au contact de l’humidité.

 

Si la terre autour d’elle est très fine, elle sera bien plus en contact avec la semence.

Si elle est plus grossière il y aura plus d’air autour de la graine !

 

Seul la terre retient un niveau d’humidité suffisant pour humidifier la graine et donc permettre sa germination !

Donc si on veut une bonne levée, il va falloir minimiser l’air autour de la semence, et cela se fait en ayant une terre fine autour de la graine…

 

Donc facile au motoculteur, moins facile sans !

(Quoi que je vais te montrer le contraire.) 

 

Il va te falloir du terreau.

Au minimum de la terre du jardin avec du compost, histoire d’alléger.

 

La première technique consiste à mélanger les graines dans le substrat choisi.

Ensuite on dépose ce mélange au sol, en ligne carré etc.

C’est aussi pratique si l’on veut faire des mix de graines !

 

Ensuite on plombe, on vient tasser, avec un râteau par exemple, afin d’assurer un bon contact entre le substrat et la semence.

 

Ainsi la graine est correctement installée pour germer, et en plus elle est dans un milieu fertile, de quoi bien commencer sa vie !

Avec cette technique toutes les graines ne seront pas forcément à la même profondeur par contre.

 

 

 

Voilà, ensuite la deuxième technique consiste tout simplement à déposer le substrat au sol où l’on veut semer.

On fait une couche d’entre 0.5cm et 1cm.

On vient semer comme si on semait en terre…

Puis on revient placer une couche d’entre 0.5cm et 1cm…

 

L’épaisseur de la couche supérieure dépend de la profondeur à laquelle semer la graine, pour du panais par exemple on sera à 0.5cm !

 

Ainsi de la même façon qu’avant tout est bien installé, restera à plomber.

(Et arroser de préférence.)

 

Si tu le souhaites tu peux t’inscrire au club privé.

Tu recevras chaque matin un article pour t’aider à produire ta propre nourriture saine.

 

C’est ici : s’inscrire.

 

Mais ne viens pas si tu n’es pas intéressé par le jardinage.

 

A tout de suite !

Thomas, le coach vert des jardiniers bleus.

Laisser un commentaire