Publié par Laisser un commentaire

La rotation des cultures (1/2) : selon les nutriments

Salut !

Je fais cet article en réaction à un problème posé dans le groupe Facebook du site.

 

Et c’est une question qui a toute sa place…

Les plantations arrivent, il faut donc gérer les rotations, s’organiser.

 

 

Tu entends peut-être souvent dire qu’il ne faut pas cultiver d’alliacées au même endroit plusieurs années … (Sinon il y aura des maladies)

Ou encore qu’il ne faut pas mettre de courges deux fois au même endroit ! (Sinon elles épuisent le sol, elles sont gourmandes)

 

 

Quand on fait de la monoculture, c’est plutôt simple…

On change chaque année l’endroit des plantations.

 

Sauf que quand on jardine en « perma », un terme plus exact serait agroécologie, on ne fait pas cette monoculture !

 

On mélange tout… (Ou presque)

Tomates, salades, haricots, radis…

 

Donc si on veut faire une rotation pure et dure, on est bien plus limité !

 

La polyculture épuise moins un nutriment en particulier.

 

Je vais te différencier trois groupes de plantes, chacun puisant plus un nutriment en particulier, parmi N, P, et K !

Les légumes feuilles, fruits et racines.

  • Les légumes feuilles puisent plutôt l’azote.
  • Les légumes fruits le potassium.
  • Et pour finir les racines, le phosphore !

 

On comprend bien que si on cultive toujours des épinards, on finira à court d’azote…

Idem si on fait toujours des betteraves, navets etc pour le phosphore !

 

Sauf que quand on mélange tout, on n’a plus ce problème…

On puise de tout, la moyenne de la consommation des plantes est équilibrée.

 

Ce qui fait qu’on ne vide pas le sol d’un nutriment en particulier, et que si on le garde vivant etc : il n’y aura pas de problèmes liés à des carences induites par une monoculture répétée…

 

Voilà, ça c’est valable si on fait une association par exemple avec trois plantes des groupes cités ci-dessus.

 

Il sera préférable de déplacer cette association prédéfinie chaque année, pour éviter les maladies, je t’en parlerai dans la deuxième partie !

 

Tu peux ainsi faire : salade, tomate, oignon.

 

Reste d’autres associations, comme par exemple la MILPA, les trois sœurs.

C’est une association liant :

 

Haricot à rame, courge, et maïs.

Avec quelques variantes possible !

 

Sauf que ces trois plantes produisent des « fruits », plutôt le résultat d’une fleur on va dire.

Elles vont donc, selon ce que j’ai dit plus haut, puiser du potassium de façon non équilibrée, en « excès ».

(Le potassium est présent en quantité, il est simplement peu disponible et avoir un sol vivant permet de le rendre disponible.)

 

 

Et donc, bien que ce soit une association il sera préférable de la déplacer d’années en années !

 

Je dirai donc, pour apporter une réponse à la question, qu’il faut se prédéfinir des associations.

J’en distingue donc deux groupes :

 

  • Les associations des trois groupes de plantes.

Pour celles-ci on pourrait les laisser d’années en années sans perturbation en nutriment dans le sol, mais il faut se méfier des maladies.

 

  • Les associations d’un même groupe de plantes. 

Pour le terrain elles s’apparentent à une monoculture dans le sens où elles ont la caractéristique de puiser un nutriment de façon plus élevée.

Pour celles-ci on va les faire tourner.

Admettons que tu aies trois associations différentes, de plantes feuilles, fruits, racines.

Tu feras tourner chaque année les cultures, et au bout de trois ans tu auras terminé la boucle.

 

Je te conseille de faire plus de trois associations différentes, comme ça tu mets plus d’années à finir la boucle ! Bon après dans 5 ans tu auras appris plein de choses et tes associations auront évolué…

 

 

Si tu le souhaites tu peux t’inscrire au club privé.

Je t’enverrai chaque matin un mail pour t’aider à produire ta propre nourriture saine, locale.

Ne viens pas si tu n’es pas intéressé par le jardinage car cela ne te servirait à rien…

 

C’est ici : s’inscrire.

A tout de suite !

Il y a aussi un groupe Facebook privé qui t’attends après ton inscription.

 

Thomas, le coach vert des jardiniers bleus.

Laisser un commentaire