Publié par Laisser un commentaire

Comment échapper au mildiou sur mes tomates ? (3 techniques cumulables)

Aujourd’hui j’ai reçu une question d’un des membres du club.

Je te laisse lire, avant ça je t’annonce que dans cet article je vais répondre à cette question et te donner des techniques pour éviter d’avoir à affronter le fameux mildiou !

« Bonjour Thomas

J’habite dans le nord donc souvent de la pluie , comment faire pour protéger mes tomates du mildiou ? Je n’ai pas de serre.

De plus j’ai toujours entendu dire qu’il y avait des légumes incompatibles ( voisinage de pousse ) est ce vrai ?« 

 

Tout d’abord, merci à celui qui a posé cette question !

 

Ensuite, je pense qu’il faut se demander ce qu’est le mildiou, assez simplement.

C’est un champignon.

Pathogène pour la plante qui l’héberge.

Il est caractérisé par la mort du plant assez rapide, qui passe par une phase où les feuilles jaunissent puis noircissent et les fruits pourrissent…

 

Mon objectif est de t’aider à essayer de n’en jamais voir les symptômes !

Bien sûr tu ne peux pas empêcher totalement une maladie de se présenter…

 

Mais tu peux réduire les facteurs qui favorisent son apparition, et donc baisser ta chance de voir apparaître ce mildiou …

 

Peut-être que comme l’auteur de la question tu n’as pas de serre, et que tu choppes le mildiou dès qu’il fait chaud et humide…

Tu ne l’as peut-être même jamais eu, mais ce que l’on raconte à propos de lui est effrayant !

La cause numéro une du suicide chez le jardinier : le mildiou.

Une semaine suffit à ce champignon pour anéantir toute ta culture !

 

Mais c’est seulement vrai si toute ta culture de tomate est au même endroit ! Donc tranquille, voici la première chose à faire :

Ne pas tout cultiver à côté.

Si tes tomates sont l’unes à côté de l’autre, si un pied attrape la maladie, il la partagera avec générosité à ses « amis » !

Donc : on sépare, on met le plus de distance possible entre chaque pied, et on plante autre chose entre deux !

Ainsi le mildiou ne voit pas une ligne droite vers le prochain pied de tomate !

 

Il va perdre son chemin, et n’emporter avec chance qu’un seul pied !

 

Déjà si tu fais ça, tu supprimes presque la propagation du mildiou dans tes cultures.

Bien sûr il faudrait éviter de mettre les tomates avec des patates par exemple qui elles aussi peuvent attraper le mildiou, ce qui répond à la question également : oui il y a des cultures « incompatibles ».

Je fais une petite parenthèse.

Incompatible ne veut pas dire que c’est impossible de les cultiver ensemble. C’est juste que la culture des deux n’est pas la plus optimale en terme de production et en terme de réduction des risques de maladies ou de ravageurs.

Ainsi, on entend parfois dire que l’oignon ne va pas avec l’haricot et que la patate ne va pas avec la courgette …

Si tu veux la première année respecte ces « règles » sur toute tes parcelles, mais essaye juste avec un plant, met quelques oignons avec quelques haricots, et observe !

 

Voilà, maintenant, une deuxième technique.

 

Tu as peut-être déjà attrapé le mildiou, et tu as utilisé une bouillie bordelaise, ou encore du bicarbonate de soude pour t’en débarrasser !

Et c’était peut-être car tu avais choisis, tout simplement, une variété fragile !

 

Les fameuses noires de crimées ! Bonnes certes, mais sensibles.

Imagine que tu mettes un homme qui a perdu toutes ses défenses immunitaires dans la nature, avec un milieu vivant et non stérile.

Il va sûrement attraper quelques maladies !

 

La sélection des plantes leur fait perdre des défenses naturelles, plus chez certaines et moins chez d’autre !

Donc à toi de trouver des variétés résistantes au mildiou si tu penses que tu risques de l’attraper ! (Avec toutes les sortes de tomates, tu devrais trouver ton bonheur.)

Deuxième règle : cultiver des variétés résistantes au mildiou.

 

Et enfin, la dernière !

 

Comme pour l’homme toujours.

La peau est une barrière contre les pathogènes.

Si tu te coupes, c’est open bar pour eux !

 

Je transpose :

La peau est une barrière contre le mildiou.

Si tu la coupes, c’est open bar pour lui !

 

C’est simple !

Si tu ne veux pas que ce champignon puisse entrer dans ta plante, ne créé pas une porte !

Donc, on ne taille plus.

Ne pas tailler est la dernière technique.

 

En bref, si tu appliques ces trois techniques :

Tu as une variété résistante au mildiou naturellement, où celui-ci a du mal à rentrer ! Et quand bien même il y arriverait, il aurait plus de mal à trouver une autre victime car celle-ci ne se trouverait pas à 0.5 mètres !

 

C’est très simple.

Et tu as beaucoup moins de risques de pertes !

Maintenant, si tu veux recevoir d’autres conseils faciles à mettre en place et qui te permettront de gagner du temps, et des récoltes, tu peux rejoindre le club privé !

 

Je t’enverrai un article par jour. Une aide par jour.

 

Je te donne un accès au groupe facebook privé.

 

Et je répond à tes questions !

Tu es le bienvenue, sauf si tu as une carte membre chez les fabricants de bouillie bordelaise !

 

A tout de suite sur le groupe, et à demain pour une nouvelle leçon !

 

Thomas, le coach vert des jardiniers bleus.

 

P.S. : Tu peux aussi acheter un petit abri à tomate, ce n’est pas trop cher et couvre tes tomates des pluies !

Laisser un commentaire