Publié par 4 commentaires

Si tu avais appliqué ces principes plus tôt, tu n’aurais probablement pas eu de problèmes d’insectes ravageurs !

Aujourd’hui je t’apprend à bien organiser ton potager afin de MINIMISER les risques qu’une espèce animale ne devienne trop envahissante et ne ravage tes cultures…

Je tiens à te préciser que je n’aime pas le terme ravageur…

 

Ce n’est qu’un jugement de l’homme.

Ils ne font que mener leur vie, et ne font pas autant de ravages que l’espèce humaine !

 

Et justement ! C’est l’espèce humaine qui induit un déséquilibre laissant porte ouverte à ces mal-nommés « ravageurs » !

Une limace peut certes ravager des cultures…

Mais seulement si elle n’a pas de prédateur ! Sinon, elle a une population limitée et ne mangera qu’une salade parmi tant d’autres.

Il faut accepter de perdre quelques légumes, si tu ne l’acceptes pas je t’invite personnellement à te désabonner car tu ne trouveras pas ton bonheur ici !

Il n’y a que dans un milieu presque stérile où l’on n’a aucune perte…

Un peu comme dans les serres hors sols en pleine ville où les plantes poussent sous des néons, sous atmosphère clos… Et on nous vend ça comme l’avenir ! Degueu !

 

Enfin, tu l’as donc peut-être identifié, mais je vais te montrer non pas comment éradiquer tout « ravageur », mais comment trouver un équilibre qui fait que TOUT s’auto-régule !

Si tu as trop de limaces : prend ton mal en patience, un beau jour son prédateur arrivera et se croira au paradis !

Si tu commences à toute les tuer, tu n’attireras JAMAIS le prédateur, et sera donc condamné à toujours éliminer toi même les limaces !

Traiter la conséquence quoi… Sauf qu’il faut traiter la cause !

 

La cause : c’est le déséquilibre.

Donc peut-être que tu en as marre d’avoir des limaces, des doryphores, des altises, des chenilles !

Et t’as fais comme tout le monde le dis : mettre de la bière pour les limaces, ramasser les doryphores un par un, les écraser contre les feuilles… Idem pour les chenilles, ou encore mettre une bactérie qui les tue…

Bon,

 

Ça a au moins le mérite de ne pas polluer le sol !

Si tu as fais ça, c’est déjà mieux que 95% des surfaces cultivés en France !

 

Sauf que ça ne suffis pas,

 

Si tu prives le prédateur de sa nourriture, ben, il part voir ailleurs !

 

Après, tu as peut-être perdu patience, passer deux ans à ne pas avoir une salade à cause des limaces ! Faut pas déconner.

C’est long de restaurer l’équilibre !

Mais je vais te donner des clés.

 

La solution vient de plein de constats.

 

Un « ravageur » aura plus de facilité à aller d’une plante à l’autre si elles sont juste à côté !

Donc : premièrement, mélange tout. Pas de rang d’oignons, des oignons à droite à gauche.

Ainsi, celui qui se languie sur tes radis aura plus de mal à les trouver, et s’il en trouve un, ben il aura plus de mal à en trouver un autre !

Alors bien sûr, tu peux planter plusieurs plantes identiques l’une à côté de l’autre, sinon tu n’as pas finis de semer tes radis !

Ce qu’il faut éviter c’est de faire une zone de telle plante et une autre de telle autre plante !

Si tu fais ça, tu as déjà fais la moitié du travail, c’est déjà très efficace !

Premièrement : favoriser la diversité des cultures et leur mélange.

 

Ensuite, maintenant que nos petits rivaux sont moins capable de trouver leur nourriture, tu vas encore moins leur faciliter la tâche !

Ils se repèrent pas mal à l’odorat…

Donc ben, on va mettre du parfum sur nos plantes pour qu’elles changent d’odeur !

 

Non, c’est trop cher ! Dégueu pour le sol, et en plus cela ne doit pas fonctionner…

 

Tu sais que je suis fainéant (un peu).

Donc je maximise mes résultats en minimisant mes efforts.

Et pour ça, il y a les aromatiques !

Plantes en partout parmi les plantes sensibles aux chenilles et aux limaces. Donc surtout choux, salades etc.

Elles vont gêner les nouveaux arrivants pour certains, qui ne voudront donc pas venir. Elles vont empêcher de trouver la bonne adresse pour d’autres.

Donc, tu peux y aller sur la menthe, le basilic, le thym, tout ce qui sent fort ! L’œillet d’inde aussi pour les pucerons.

 

Donc là, je t’ai montré que des plantes repoussent ou empêchent de trouver la victime !

Et il y a maintenant :

Les plantes qui attirent, et libèrent donc les autres.

 

C’est un peu le bouc émissaire du potager. Tout pour sa poire.

Mais bon, on s’en moque : on ne cherche pas forcément à le manger !

Là : on s’avouera qu’on est tous plus enclin à partager avec ces « vilains ravageurs ! »

 

Parmi ces plantes, tu peux retrouver la capucine qui attire les pucerons ! Ou encore le ricin qui attire les doryphores (qui meurent en la mangeant), car le ricin : c’est mortel, et pour l’Homme aussi ! Donc évite de le manger… S’il te plais.

 

Voilà ! Avec ça tu es rodé.

 

Si tu ne veux VRAIMENT pas attendre que l’équilibre ne s’installe, tu peux quand même jouer le rôle du prédateur… Mais seulement si ta récolte risque vraiment d’être pitoyable… Et ne tue pas tout !

Rappelle-toi qu’il faut pouvoir attirer le prédateur.

Utilise aussi des produits naturels, des purins par exemple. Ils sont certes toxiques, mais n’ont pas une grande durée de rémanence dans le sol…

 

Si tu veux en apprendre plus au sujet du potager, tu peux rejoindre le club privé.

Je t’enverrai un email par jour pour t’aider à préparer ton potager afin qu’il soit le plus autonome possible, et le plus productif aussi !

 

Je ne souhaiterai pas accueillir les clients premium de Monsanto, donc si tu en fais partis, ne viens pas ce n’est pas ton environnement !

Sinon, voici le lien ! Et l’inscription te donne aussi accès personnel au groupe facebook du club…

Apprête toi à recevoir pleins de conseils et de leçons !

Dès demain, ça commence !

Dès le printemps, tu récoltes !

 

Je t’invite à partager cet article pour propager l’envie de jardiner aux gens ! Pour une société qui s’engage envers la nature, mais aussi tout simplement pour aider !

 

A tout de suite sur Facebook,

A demain dans tes mails,

 

Thomas, le coach vert des jardiniers bleus.

4 réflexions au sujet de « Si tu avais appliqué ces principes plus tôt, tu n’aurais probablement pas eu de problèmes d’insectes ravageurs ! »

  1. Bonjour

    Je m’inscris tout en sachant qu’habitant à la Réunion nous n’avons pas d’hiver, de gelée et autre mais chaleur et sécheresse en décembre janvier février avec par intermittence des depressions qui chargent en eau, voir des cyclones 😅
    Je piquerai par ci est là des astuces transférables si les mails sont très accès saisons
    Actuellement j’en suis à gérer mon terrain (assez grand) sans glyphosate, en désherbant à la main et en paillant la surface
    Cela prend du temps, cela a aussi un coup parce que le foin est à renouveler
    Mais j’y crois
    J’aimerai ensuite faire un potager (deja essayé des salades, des radis ou le rapport temps passé, apport en eau et rendement était pas très satisfaisant)
    Je pars donc déjà sur le paillage, j’ai des fleurs par ci et la, des oiseaux mais aussi beaucoup d’escargots, un gros pied de romarin et de verveine, des tomates cerises et à présent je dois vraiment apprendre les combinaisons à faire
    Merci beaucoup pour ce que je pourrai apprendre par votre intermédiaire (j’ai trois enfants qui seront aussi dans le projet)
    Je suis aussi enseignante en maternelle, et dans un futur plus ou moins proche je souhaite transmettre ces compétences que j’aurai acquise à mes élèves

    1. C’est intéressant ! Les plantes qui poussent ici ne sont pas les mêmes, peut être que cultiver des plantes qui viennent de la Réunion permettrait d’avoir moins de travail ! Il doit y avoir plein de plantes super intéressantes … j’espère vous en apprendre quand même !

    2. Acquises

  2. Oui je pars dans cette idée de mixer les infos que je peux trouver ici et sur sites ou blogs comme les votre
    Bonne journee

Laisser un commentaire