Publié par Laisser un commentaire

La balance de la vie.

La nature n’a pas besoin de l’Homme.

 

Il tue la faune… Par exemple les renards, en pensant qu’il n’y aura jamais un équilibre renard/proie. Il a peur de ne plus avoir de gibier ! Que du renard ! Mais comment pourrait-il y avoir des renards s’il n’y avait plus de proies ?

Il détruit le sol… Le labour détruit la faune du sol, appauvrit le taux d’humus et conduit à un sol stérile ! Tout ça parce qu’il est soit disant nécessaire de déchiqueter la terre dans tout les sens pour l’aérer ! C’est vrai que quand il n’y a plus de vie, et qu’elle n’a rien à manger, il est nécessaire de l’aérer sois même…

Il ne veut jamais cohabiter avec les autres animaux, dans le même temps il s’approprie tout les territoires, sans jamais se demander où vont bien pouvoir vivre les animaux …

 

Pourquoi je te dis tout ça ?

C’est simple.

On retrouve ça dans le jardinage !

En sois, si tu veux le meilleur sol : tu devrais déménager et laisser ton terrain à l’abandon pendant cinquante ans ! Et ne plus jamais y toucher…

L’Homme est néfaste, bien qu’il puisse prendre un autre rôle dans l’écosystème.

Par exemple en faisant revenir la vie sur son terrain ! Mais il la limitera à long terme..

Peu de monde désire un ours dans son potager !!

 

L’Homme peut donc accélérer la venue de la vie dans un lieu à court terme, comme il peut la détruire, mais à long terme il limitera celle-ci.

Il y a donc un équilibre à trouver.

 

Visualise les anciennes balances avec des poids de chaque côté.

L’équilibre se trouve lorsque chaque côté applique la même force sur son plateau.

Sur le plateau gauche se trouve la nature, sauvage.

Lorsqu’il n’y a qu’elle sur la balance : tout va bien pour le monde.

 

De l’autre côté, le droit, se trouve l’Homme, et plus particulièrement son activité !

Il vient faire basculer la balance.

Au plus cela penche de son côté, au plus la nature va mal.

Ce qui est le cas aujourd’hui : L’homme est partout, il n’y a presque plus d’espaces sauvages, et il pollue où il se trouve…

En gros, on peut agir sur deux facteurs pour que la balance penche plus du côté gauche !

Pour qu’elle arrive à atteindre un équilibre : l’Homme laisse de l’espace aux animaux, et ne pollue pas là où il vit.

 

Tu l’as donc compris, les deux facteurs sur lesquels on peut jouer sont :

  • L’espace, il faut laisser des endroits où l’on est absent… Car on a vraiment du mal à cohabiter avec un ours ou un lion !
  • La pollution, pour laisser vivre les animaux qui ne nous posent pas de soucis majeurs : insectes, petits animaux etc. Mais aussi les champignons !

Si l’on arrive à bien gérer ces deux facteurs : la vie s’épanouira à 100% là où nous ne sommes pas là et nous ne rendrons plus le monde stérile là où nous sommes.

 

 

Bref, tout ça, c’est pour que tu puisses saisir ce qu’il faut faire dans le jardinage, et pourquoi au moins tu en fais, au mieux c’est ! 

Les plantes que l’on cultive ne sont pas naturelles, elles sont sélectionnées et très gourmande en nutriments pour le sol !

Ce qui implique qu’elles demandent un soin particulier… Mais, au plus on apporte notre soin, et donc notre présence, au plus on nuit à l’écosystème jardin, et donc à sa pérennité !

Quand tu nuis au jardin, tu risques de créer des déséquilibres, et donc par exemple d’empêcher le prédateur d’un « parasite » de s’installer !

Si tu n’as aucun coin tranquille, par exemple, tu pourrais faire fuir les carabes, qui mangent les limaces etc.

Ce qui te fera penser qu’il faut que tu te fatigues pour éliminer les limaces !

 

ERREUR !!!

 

Il faut laisser : tant pis pour les salades.

Rappelle toi que si tu interviens : tu nuis.

Absente toi, les carabes viendront, ou les hérissons ou d’autres prédateurs, et les limaces se réguleront naturellement.

Je ne te dis pas que tu n’auras pas de perte, mais c’est la meilleure solution long terme.

Sinon, tu entres dans un cercle vicieux : tu travailles pour régler un problème, sauf que tu en créés d’autres, qui te feront travailler et ainsi de suite…

Met alors en place un cercle vertueux : absente toi, l’équilibre s’installe et tu n’as pas besoin de venir jeter ton grain de sel dans cette nature qui n’a pas besoin de toi.

 

Sauf que généralement notre alimentation ne se base pas sur les plantes sauvages… Donc, tu vas devoir aller planter les plantes que tu veux… Et aller t’insérer dans l’écosystème auquel tu nuis !

 

Le but est alors simple : nuire le moins possible.

C’est pour cela qu’il y a une mode d’imiter la nature : on répare les dégâts en paillant etc.

On est d’accord que ta plante pousserait mal dans une forêt dense.

On cultive donc sur un sol dans lequel :

 

On favorise la vie.

On touche le moins possible.

 

Tu vas donc devoir pailler, ne plus toucher.

Pour éviter les maladies car nos plantes sont fragiles, tout mélanger.

Et ne pas venir souvent, sauf pour récolter… Eviter de tasser le sol en marchant dessus…

TU DOIS A TOUT PRIX LIMITER TON IMPACT.

 

C’est simple, et te montre que les résultats ne sont pas corrélés au nombre d’heures travaillées ! J’ai par exemple ramassé des pâtissons que je n’ai vu qu’au moment de les mettre en terre…

Ils ont poussé tout l’été au milieu des amarantes sauvages qui les entourais. Je suis juste venus les ramasser ensuite. Pour info, ce terrain n’est pas chez moi !

IMG_0617

Les voici, ils sont petits car il a fait sec cette année ! Pas bien grave.

 

Si tu veux t’absenter et laisser la vie faire son job, tu peux consulter mes articles qui commencent par culture facile…

Je t’y ai réunis les plantes les plus simples à cultiver qui n’auront pas besoin une seule fois de ta présence !

La plus simple est le topinambour

 

Maintenant, c’est à toi de voir si tu veux redonner la vie à ton terrain, puis lui nuire le moins possible !

Si tu veux participer à ton échelle à rendre des zones sauvages aux animaux, tu peux planter un arbre quelque part dans le monde sur ce site : https://reforestaction.com

Je ne sais pas te dire si ce seront des zones sauvages, mais planter un arbre permet non seulement d’absorber du carbone, mais aussi de favoriser la vie sur terre…

La disparition des animaux est due en grande partie à la déforestation…

Je te dis à demain ! Tu peux rejoindre le club privé.

Thomas.

(Bonne soirée)

P.S. Dis moi combien de temps te prend ton jardin ! Bien que cela sois une activité agréable, c’est pour savoir.

 

 

Laisser un commentaire