Publié par Laisser un commentaire

Comment préparer la terre pour semer ? (3 étapes)

Je vais te donner une solution pour assurer un bon semis sans émietter ta terre au motoculteur !

Le mieux est de te préparer l’hiver précédant le semis… (c’est simple)

Tout d’abord, tu le sais peut-être, mais la qualité de ton semis dépend, en gros, de trois critères :

  1. Le contact terre/graine…
  2. Une certaine humidité…
  3. Ne pas mettre la graine ni trop profondément (1,5 fois sa taille en profondeur !) ni trop en surface (risque de sécher trop vite…)

Pour cet article, tu ne vas apprendre que le premier et le deuxième point.

 

Pour ce premier : ce n’est que du bon sens… Imagine que tu veuilles boire… S’il fait humide dehors, tu ne seras pas hydraté pour autant, cependant, tu peux très bien lécher la condensation sur un support et cela t’abreuvera. (Je n’ai pas eu de meilleure métaphore)

Et bien, c’est la même chose pour la graine !

Elle a besoin de toucher la terre qui l’entoure pour pouvoir s’humidifier correctement et ensuite germer, puis grandir.

Et, pour un meilleur contact, l’idéal est d’avoir une terre fine évidemment. Le problème est que l’on ne veut pas utiliser le motoculteur.

 

Et pour le second : ce n’est également que du bon sens, la graine ne s’humidifiera pas s’il n’y a pas d’eau. Il te faudra donc arroser au moment du semis, ou garder une terre humide, grâce au paillage, jusqu’au printemps par exemple ! (c’est facile)


Bref, j’en reviens au problème : Comment préparer la terre pour semer ?

  1. Pailler à l’automne (maintenant), aérer la terre sans la retourner (même en gros bloc, le gel les casseras) si la terre est tassée.
  2. Avant le semis, retirer le paillage juste sur la ligne ou l’endroit où l’on souhaite mettre la graine, juste de quoi lui laisser entrevoir la lumière.
  3. Au râteau, on vient légèrement gratter la terre pour éliminer les plus gros blocs de terre et ainsi obtenir une terre fine exclusivement pour le semis, le tout sans abîmer la vie du sol !

 

Voilà, c’est très simple, rapide, et demande peu d’effort… Il n’y a plus qu’a apprécier le calme et le moment présent. Et revenir ensuite pour contempler les premières feuilles.(appelées cotylédons)

PS: Au fil des ans, la terre s’améliorera et au bout d’un moment il n’y aura plus de gros blocs, ne restera plus qu’a ne plus tasser la terre en la piétinant !

A bientôt.

 

newproject_1_original (1)Rejoins le Club privé et tu recevras tous les nouveaux articles comme celui que tu viens de lire pour mettre en place ton potager pour l’an prochain ! Tu pourras également rejoindre le groupe Facebook, où l’on s’entraide et où l’on s’échange des semences !

Laisser un commentaire